L’histoire de la thérapeutique

History of cure image 1
History of cure image 2
History of cure image 3
History of cure image 4
History of cure image 5
History of cure image 5
  • History of cure image 1 thumbnail

  • History of cure image 2 thumbnail

  • History of cure image 3 thumbnail

  • History of cure image 4 thumbnail

  • History of cure image 5 thumbnail

  • History of cure image 5 thumbnail

[ L’histoire de la thérapeutique ]
Installation - Cinq cadres avec des textes, un crâne, des feuilles d’ellébore, une croix, des instruments médicaux et des pilules.
« Psycho – Arts et Trouble Affectif Bipolaire », exposition groupale à l’École des Beaux Arts d’Athènes, Mars 2010


Le projet est le résultat d’une recherche sur l’histoire des traitements médicaux des maladies mentales, et il rassemble les thérapies les plus célèbres dans l’histoire de la médecine. Beaucoup de ces traitements, par ailleurs influencés par les religions, les obsessions et les stéréotypes sociaux, sont maintenant considérés comme inappropriés. La présentation consiste en cinq cadres qui mettent en évidence cinq moments décisifs mais aussi ambigus dans l’histoire des traitements médicaux. Plus précisément, dans le premier cadre est représentée la craniectomie, qui consiste à percer le crâne du malade en lui laissant un trou sur la tête. C’était une méthode largement utilisée dans l’Antiquité occidentale car on croyait qu’à partir de ce trou les mauvais esprits pouvaient s’enfuir de la tête du patient. Dans le deuxième cadre, on voit la plante ellébore, utilisée par plusieurs médecins de l’Antiquité grecque pour guérir la manie. Elle est accompagnée d’un extrait des Aphorismes d’Hippocrate où sont décrits les avantages de la plante et son mode d’emploi. Dans le troisième cadre, on voit une croix, symbole de la religion chrétienne, et un extrait du Nouveau Testament où le Christ guérit les possédés. Le texte a été largement utilisé au Moyen Âge dans le célèbre rituel de l’exorcisme.

La lobotomie, une méthode très ambivalente pour guérir la manie et la schizophrénie, principalement utilisée aux Etats-Unis après la Deuxième Guerre mondiale, est l’objet du quatrième cadre où sont exposés les outils médicaux que Walter Freeman utilisait pour les lobotomies, accompagnés d’un extrait du discours prononcé à l’honneur de Edgar Moniz pendant l’attribution du Prix Nobel en 1949 pour la découverte de la lobotomie (leucotomie). Le dernier cadre présente les médicaments psychotropes et la notice des antidépresseurs précisant leur posologie et les effets indésirables qu’ils peuvent entraîner. Les traitements actuels des maladies mentales, seront-ils considérés tellement dangereux dans l’avenir, de même que les anciennes méthodes aujourd’hui ?